QUiNTUS - Bannière - Croître ou ne pas croître : telle est la question

Croître ou ne pas croître : telle est la question

La pandémie aura (au moins) eu quelque chose de positif: elle a accéléré la réflexion déjà entamée sur la redéfinition des modèles de croissance. Les ficelles de la croissance se dénouent rapidement de celles du succès, elles qui étaient pourtant habituées d’être fermement intriquées. C’est une bonne chose, car à bien y penser, y a-t-il quelque chose de moins au diapason de notre époque que l’accroissement de la rentabilité et de la productivité? Or, refuser le rythme effréné imposé par la société demeure une posture marginale qui repose sur une démarche volontaire d’éloignement des chemins « tracés d’avance ».

Qu’est-ce que « croissance responsable » veut vraiment dire?

Tout d’abord, « croissance responsable » s’éloigne de la croissance verte, concept largement étayé dans le rapport du GIEC paru en août 2021. La croissance verte sous-entend une croissance économique et une baisse des émissions de GES.

Quant à elle, la croissance responsable s’articule autour de plusieurs aspects. C’est une croissance qui est graduelle, qui se maintient dans le temps, qui prend en compte les parties prenantes, qui est équitable (juste répartition de la création de richesses), qui engendre de la création de valeur (sociale et environnementale) et qui rétablit l’équilibre entre humain·e·s, écosystèmes et environnement.

La croissance n’est pas une fin en soi, mais elle n’est surtout pas un geste égoïste ou un passage obligé. Elle est avant tout un choix. C’est facile (et je dirais même, tentant!) de tomber dans la mécanique de la croissance absolue. Appât du gain, quand tu nous tiens! C’est pourquoi la croissance lente et réfléchie est un choix éclairé sur lequel s’arrêter. Si la croissance absolue nous condamne à un univers dystopique alarmiste à la Don’t Look Up, la croissance lente et réfléchie nous force à nous poser les questions sous-jacentes à sa mise en œuvre. Pourquoi croître? Est-ce nécessaire? Qui en retire des bénéfices?

« Croissance ≠ succès »

QUiNTUS et son histoire de croissance

Avant le fatidique 13 mars 2020, 5 personnes formaient l’équipe QUiNTUS. Deux ans plus tard, ce sont 12 personnes engagées, allumées et pleines de convictions qui composent la fresque QUiNTUS. Une croissance numérique de 140 %. Comment cette croissance a-t-elle été pilotée? Qu’est-ce qui l’a rendue nécessaire?

C’est d’abord et avant tout parce que nous sentions que l’intérêt pour la communication responsable et la responsabilité sociale ne faisait qu’augmenter (en partie redevable à la pandémie et aux a priori qu’elle a secoués, nous ne saurons jamais 🤷). Mais pourquoi l’avoir accueilli à bras ouverts, cet intérêt grandissant pour nos services? Nous aurions pu vouloir y mettre un frein et rester « petits ». À ce moment-là, nous approchions de nos 6 ans d’existence, et nous savions que notre expertise était assez mûre pour répondre à la demande de communiquer moins, mais communiquer mieux.

Dans notre cas, on parle surtout d’une croissance numérique. Augmenter le nombre d’employé·e·s, de client·e·s, de mandats, etc. Le choix que nous faisons est d’opérer une croissance lente. Moins de pression sur l’environnement qui nous entoure et sur nos employé·e·s. C’est un peu la finalité de la croissance responsable: un équilibre. D’ailleurs, croître de façon responsable, c’est notre façon d’exprimer notre petit côté « rebelle », notre désir de faire les choses différemment et ultimement de tracer de nouveaux sillons qui deviendront, espérons-le, la « norme ». Il y aussi notre côté « ange-gardien » éternel qui souhaite appuyer le plus grand nombre d’organisations désireuses de mettre l’épaule à la roue dans la transition socioécologique.

💡 Tiens, tiens! Rebelle et ange-gardien, ça nous sonne une cloche d’un prochain article de blogue sur le modèle des 12 archétypes de Jung qui nourrit nos réflexions stratégiques au quotidien, chez QUiNTUS.

Si nous choisissons de croître, c’est que nous avons la profonde conviction que cette croissance pourra bénéficier au plus grand nombre, dans un respect des humain·e·s et de l’environnement qui la porteront.

Croissance et communication responsables

Si nous partons avec la prémisse selon laquelle la communication responsable est humaine, nous ne voulons pas sombrer dans un modèle d’agence de communication impersonnelle. Le genre d’agence qui est si grosse que les liens que les employé·e·s tissent avec les client·e·s n’en sont pas vraiment, ou sont à tout le moins superficiels et éphémères. Souvent, ces modèles ne sont pas garants de durabilité.

Gardons aussi en tête que notre vision est d’accompagner de façon durable des organisations actrices de changement. Alors qu’à ses débuts, QUiNTUS était un feu roulant et remplissait une foule de mandats sporadiques, aujourd’hui, QUiNTUS est toujours un feu roulant, mais œuvre à pérenniser son accompagnement. De plus en plus, nous assistons à des renouvellements de contrat avec les mêmes organisations qui adhèrent à notre éthique et à notre vision du travail et de la communication. Cela permet aussi de remplir un autre jalon de la communication responsable, soit celui d’autonomiser les client·e·s.

Conserver le nombre de clients actuels? Est-ce une façon de faire de la communication responsable une chasse gardée uniquement accessible à un groupe sélect? Alors que pourtant, nous souhaitons démocratiser la discipline et accompagner le plus d’organisations actrices de changement à prendre cette voie? Ouf. Voilà des questions existentielles qui nous habitent au quotidien. Nous vous avions dit que nos articles de blogue ne fournissaient pas de réponses clé en main. Tout est dans le partage d’expériences, de bribes de réflexions et dans la coconstruction. Quelles sont vos réflexions par rapport à la croissance? 👇

Pas de commentaire

Publier un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.